Travailleurs indépendants : le premier guichet unique de France testé à Bordeaux

Dans le cadre d’une expérimentation nationale, la plupart des interlocuteurs publics des travailleurs indépendants et des chefs d’entreprises sont réunis sous un même toit, à Bordeaux, pour leur proposer un accueil coordonné et plus efficace. Le dispositif, qui semble concluant, doit être généralisé dans 30 villes de France sur fond d’absorption du RSI par l’Urssaf au 1er janvier prochain.

6.601 travailleurs indépendants aquitains se sont déjà rendus dans cet accueil d’un nouveau genre qui a ouvert ses portes à titre expérimental le 8 avril dernier dans les ex-locaux du RSI (régime social des indépendants), à Bruges, commune limitrophe de Bordeaux. Cet espace réunit pour la première fois sous un même toit des interlocuteurs de l’Urssaf et de l’ex-RSI, de l’Assurance maladie, de la Caisse d’assurance retraite mais aussi de la CAF, de Pôle emploi et de la DDFIP (direction départementale des finances publiques).

Un rapprochement inédit au niveau national et qui a valeur de test avant de valider le dispositif et de le déployer au niveau national l’an prochain, sur fond de reprise des missions et des personnels du RSI par l’Urssaf au 1er janvier 2020

Concrètement, quand un travailleur indépendant s’interroge sur ses droits, son statut, sa protection sociale, sa retraite, son congé maternité ou paternité, etc. Il peut désormais venir dans ce lieu unique pour y trouver un accueil à la fois humain et numérique afin d’établir un premier diagnostic et de l’orienter vers le bon partenaire avec une prise de rendez-vous“, résumait Jean-Paul Pagola, le président de l’Urssaf, vendredi 21 juin, lors de l’inauguration officielle de ce nouvel espace qui s’ajoute aux accueils existants des structures participantes. “C’est le fruit d’un travail partenarial mené depuis l’été 2018 entre les différents services et les premiers retours de la centaine de travailleurs accueillis chaque jour sont positifs”, ajoute Henri Lourde Rocheblave, le directeur régional de l’Urssaf Aquitaine.

“La catastrophe du RSI”

L’Aquitaine a été retenue pour expérimenter ce dispositif en raison de son dynamisme en la matière avec 219.000 travailleurs indépendants dans l’ancienne région dont 10.000 créations supplémentaires en 2018 par rapport à 2017. Et, sous l’impulsion locale de Marie-Céline Toti, directrice régionale du recouvrement des travailleurs indépendants à l’Urssaf Aquitaine et cheville ouvrière de ce guichet unique, les différents organismes ont accepté de travailler main dans la main.

Cette expérience est objectivement réussie mais je ne suis pas certaine qu’elle soit forcément reproductible à l’identique partout car la convivialité girondine qui a primé ici, on ne la rencontre pas forcément ailleurs…“, a euphémisé Annick Morel, la présidente du comité de surveillance du CPSTI (conseil de la protection sociale des travailleurs indépendants). Elle rappelle au passage les trois objectifs de l’absorption du RSI par l’Urssaf après “la catastrophe du RSI” qui a pénalisé 4,6 millions de travailleurs indépendants et 2,2 millions de retraités :

Excellence, vigilance et performance ! L’ambition de l’excellence d’un service public plus simple et plus efficace apporté aux travailleurs indépendants. La vigilance sur l’intégration des personnels et sur l’articulation des systèmes d’information parce que cet aspect en particulier était au cœur des problèmes du RSI. Et la performance de la gestion du nouveau système. L’échéance prévue au 1er janvier 2020 est très lourde et il faut rester mobilisés à tous les niveaux !

Les chambres consulaires manquent à l’appel

Seule ombre au tableau bordelais, l’absence des équipes de la Chambre de commerce et d’industrie, de la Chambre de métiers et de l’artisanat et du Tribunal de commerce. Trois organismes vivement invités à rentrer dans la ronde à court terme par Sophie Duprez, la présidente du CPSTI, l’instance chargée de superviser la suppression du RSI :

J’ai testé le service ce matin et cela fonctionne ! C’est une satisfaction et cette attention particulière au chef d’entreprise est très positive. Si on arrive à la généraliser ce sera une avancée jamais vue en France ! Je regrette cependant que certains services d’immatriculation des entreprises, qui est pourtant le premier geste du créateur d’entreprise, ne soient pas parties prenantes de ce guichet unique.”

De son coté, Agnès Basso-Fattori, la directrice du projet d’intégration du RSI au ministère des Solidarités et de la santé, chargée d’évaluer le dispositif girondin en vue de sa généralisation l’an prochain dans les 30 villes françaises où l’ex-RSI disposait de locaux, se montre confiante : “Par rapport au cadrage prévu par la réforme, cela correspond à nos attentes. Il faut maintenant avancer rapidement.” Et les acteurs aquitains, largement scrutés par leurs collègues, peuvent se targuer d’avoir pleinement joué le jeu puisque la CAF, Pôle emploi et la DDFIP participent à la démarche de manière volontaire sans que la loi ne les y oblige.

L’accueil commun est ouvert à l’ensemble des travailleurs indépendants (artisans, commerçants, chefs d’entreprise, micro-entrepreneurs…) qu’ils soient actifs et retraités mais les professions libérales ne seront intégrées au dispositif qu’ultérieurement.

Le lieu est situé au 1, rue Prévost, à Bruges et est ouvert du lundi au samedi (9h-12h30 et 14h-18h).

source : objectifaquitaine.latribune.fr